Nouvelles de l'Escargot  # 4 (Janv 2019)

"Un autre monde est possible, il s’appelle Serbie"

Capture d’écran 2019-02-10 à 20.50.40.pn

...Les souvenirs de ce mois les plus prégnants restent le passage ensuite chez Victor et Sandra en Hongrie, ou nous sommes bien content de passer cette vague de froid chez des copains ! Et surtout le passage grâce à eux dans un bar de potes, le ZEN café à Senta. Découverte de la Palinka et soirée chaotique, lendemain soir, on fête le départ d’Elisa et de PPJ à nouveau dans ce beau rade. Les Serbes sont incroyables, très humains, le cœur ouvert, c’est génial. Novi Sad ensuite, ville où l’on se sent bien et où nous restons naturellement plus de temps, jusqu’au départ pour Belgrade. Dans tout ça des workshops dans des lieux très intéressants et surtout les spots, la rue, qui restent notre meilleur terrain de jeu, je pense. Nous faisons chœur et cœur, on est branché les uns les autres, pas de doute, expérience humaine unique. On nous demande de temps en temps ce qu’il en est des mouvements en France, difficile d’être dans le vrai, on y est pas, qui sait : on revient lorsque l’anarchie aura triomphé.. ?
 

Laetitia.

         Centa(Nord Serbie), après concert au Zen Café, on reste une journée pénard avec baignade dans une piscine d'eau thermale un peu incongrue, une piscine bien slave (Eau trouble de couleur marron dans laquelle une personne de petite taille ne verrait pas ses orteils dans un bassin en béton brut, le tout sous un toit en bache plastique telle une serre de maraichage).

      Nous donnons rendez-vous en Grêce pour dans un mois à Tite équipe voulant prendre un peu le large et aller voir la mer et à une autre allant s'occuper de leur terre. A très vite Sandrine Athilloé Marianne, A bientôt PPJ, A toute Elisa.

 

BALKANS !!!

        Arrivée à Novi Sad, spot de rue GeNialO, des rencontres magiques... On ne peut s'appeler Amor sans en être un. Ca y est on y est, gros Ghettos Tzigani à l'entrée de la ville, Rakia à chaque rencontre, panneaux en Cyrillique et on retrouve une langue Slave après le Hongrois bien complexe.

         On est une dizaine maintenant, un redou de 2 jours nous donne une énergie digne des étoiles. Salle d'escalde pour certains, souterrains abandonnés pour d'autres (quasi toute l'équipe) et rencontre des passionnés cataphiles du coin.

           Nous prenons la route après une semaine bien remplie sur tous les niveaux pour affronter la capitale BeOgrad, oulà, c'est grand, 1,3 milions d'habitants. Un premier concert dans un lieu culturel super chouette puis workshop dans un lieu un peu mou mais Warga s'adapte... Puis spot de rue au top et la neige arrive à gros flocon se qui nous permet d'écrire ces quelques lignes.

Greg

Big Up To Amor et Milica!!!

 

Nous venons de passer la semaine à Beograd, encore des supers rencontres, super squat, super spot de Rue, super concert!!!

Demain on split avec Greg et Jacopo, on retourne en arrière à Novi Sad, Objectif Catacombes sous la Forteresse, Escalade et Fabrication de poêles à bois pour la remorque et pour Charly Chak Rimor (le Camping Car de Jacopo).

J'ai repris contact avec Amor, copain rencontré a Novi Sad, il peut nous fournir tous les outils dont nous avons besoin pour le bricolage ainsi qu'un lieu avec l'électricité pour bricoler...

 

Nous garons donc le CC sous leur immeuble afin de partager du temps et de profiter des commodité ainsi que de leur cuisine pour leur préparer de bons petits repas.

Après deux jours non productif à boire de la Rakia dans l'appartement de Amor, il nous emmène dans ce fameux “atelier” (croyait-on). En fait, c'est un appartement que l'entreprise de son père rénove. Tous les outils sont là : Meuleuse, Poste à souder, perceuse, marteaux, scie sauteuse....

press to zoom

press to zoom

press to zoom

press to zoom
1/16

Nous avons malheureusement rameuter tout les voisins, pas très contents, lorsque l'on a vidé la bouteille de gaz dans laquelle nous allons faire sont poêle (Jacopo la croyait vide à l'origine). Après négociation et explication, nous reprenons le chantier!!!!

 

Après deux jours de chantier, les poêles sont près à être installés.

 

Nous faisons une grosse dernière bouffe ensemble chez ses Novi Sadiens au sens de l'hospitalité hors normes...

 

Un grand Merci à vous deux Amor et Milica et à bientôt!!!

 

Grego, Jacopo et Tonio

IMG_6827.jpg

La bienvenida de los colegas Victor y Sandra en los campos nevados de Szeged, fue como llegar en casa luego de un largo viaje, musica, sopa e intercambio de ideas entre los antiguos y calidos muros de su hogar. Al dia siguiente me encontré con un gran amigo de la infancia que regresaba de un viaje en Austria y fuimos juntos a Beograd, donde él vive junto con su compañera Georgina y el pequeño Gabriel, de tan solo un mes. Belgrado, capital de la no tan antigua Yugaslavia, ciudad de grandes edificios y calles descuidadas del avance del tiempo, y con un pueblo bien activo que no se detiene y se pasea entre la nieve, dulces y bebidas blancas. Llevaba conmigo una misión, encontrar un sitio donde el Escargot pudiese desembarcar con todas sus canciones. Luego de varios intentos fallidos visitando centros culturales, bares en tiempo de vacaciones, y recibiendo respuestas evasivas (its better in summer, it is so soon to...BLA), mis amigos me contactaron con las personas adecuedas, en 30 minutos de telefono se resolvía lo que tres dias de caminadas no habían concluido. Era viernes por la noche, cuando por fin la busqueda cobraba sentido. Al día siguientte partí a Senta, para unirme al concierto de ZenCoffem . Entre una calurosa bienvenida de los colegas, entramos en el bar donde nos esperaban con espectativas, burek, yogurt e inagotables botellas de Palinka, Primer concierto en tierras serbias, pueblo animado para cantar y bailar hasta altas horas de la noche. Luego de un domingo de descanso, entre inesperadas calidas aguas subterraneas, cogimos la carretera. El Danubio nos guió hacia Novi Sad, donde pasamos tres dias primaverales al costado del rio. Bellos reencuetros, ciudad agogedora, visitas bajo tierra y energias reNoviSadas. Nos esperaban en Beograd dos conciertos, el primero en un Squat Cultural llamado Kvaka22, donde Luka nos recibio entre cafes, hoguera y comodos sillones. De a poco el ambiente fue convirtiendose en una gran fiesta, donde los anfitriones no retuvieron sus ganas de cantar, noche de musica. La tranquilidad con que comenzamos el domingo se traslado al concierto de la noche, mismo con un publico relajado, los Warga cantamos con mucha alegria. Y estos animos de descrubrir el mundo balkanico no disminuyero el primer dia de la semana, y fuimos en búsqueda de las calles capitalinas. Una gran cantidad de gente se acerco para cantar con nosotros y así olvidarnos de las bajas temperaturas. Durante el spot fuimos invitados por Sandra para hacer un concierto al final de la semana en Cafe de France. Durante la semana fuimos cubiertos por la nievem pasamos los dias refugiados entre cafés y l’achés, risas y nuevas canciones. Del concierto en café de france participaron los amigos que hicimos durante las salidas nocturnas de los dias anteriores y que no dudaron en acompañarnos a cantar a pesar de una noche de intensas nevadas. Conciertos de bienvenida y despedida en la amistosa capital serbia.

Fermin

IMG_6840.jpg

L’accueil des amis Victor et Sandra, dans les champs enneigés de Szeged, fut comme rentrer à la maison après un grand voyage. Musique, soupe et échange d’idée entre les murs antiques et chauds de leurs maison. Le jour suivant, j’ai rencontré un grand ami d’enfance qui rentrait d’un voyage en Autriche, et nous nous sommes rejoint à Belgrade, où il vit avec sa copine Georgina et le petit Gabriel de seulement un mois. Belgrade, capitale de la pas si vieille Yougoslavie, ville des grands bâtiments, et des rues délaissées au temps qui passe, avec un peuple bien actif, qui ne s’arrête pas et se promène entre la neige, les sucreries et les boissons blanches. J’étais parti avec une mission, celle de trouver un lieu ou l’escargot pourrait débarquer avec toutes ses chansons. Après plusieurs tentatives vaines, visitant les centres culturelles, bars en vacances, recevant des réponses évasives (« its better in summer, it is so soon to.. » BLA), mes amis m’ont alors mis en contact avec les bonnes personnes, et en 30 minutes au téléphone, se résolu la situation à laquelle trois jours de marche n’avaient rien donné. C’était vendredi soir, quand enfin la recherche donna sens. Le jour suivant, je pars vers Senta, pour rejoindre le concert au Zen Café. Après un accueil chaleureux des copains, nous entrons dans le bar où l’on nous attendait avec expectative, burek, yaourt et inépuisables bouteilles de Palinka. Premier concert en terre serbe, peuple motivé pour chanter, danser jusqu’aux heures tardives de la nuit. Après un dimanche de repos, avec de l’eau chaude souterraine inespérée, nous reprenons la route. Le Danube nous mène à Novi Sad, où nous passons cinq jours printaniers au bord du fleuve. De belles rencontres, ville accueillante , visite des sous terrains, énergie reNoviSadante. À Belgrade, nous attendaient deux concerts, le premier dans un squat culturel, le Kvaca22, où Luka nous reçu entre café, poêle à bois, et canapé confortable. Après peu de temps, l’ambiance se transforma en une grande fête, dans laquelle les locaux ne se sont pas retenus de chanter, belle nuit de musique… La tranquillité avec laquelle nous commençons le dimanche se poursuit lors du concert du soir, même avec un public relâché, les Warga chantent, et avec beaucoup de joie. Cette envie de découvrir le monde Balkan ne diminuant pas, nous partons en exploration des rues de la capitale. Une grande quantité de gens nous encercle pour venir chanter avec nous, et nous oublions alors les températures négatives. Durant ce spot, nous nous faisons invité par SandraDeFrance pour faire un concert dans le CafeDeFrance à la fin de la semaine. Nous passons la semaine couvert de neige, les journées réfugié entre cafés et l’HS, à rire et chanter des nouvelles chansons. Lors du concert au Café de France, les amis rencontrés pendant les sorties nocturnes des jours précédant participent et n’hésitent pas à nous accompagner malgré une nuit de neige intense. Concerts de bienvenue et d’au revoir dans la très amicale capitale Serbe...

Fermin

W A R G A S O U N D

- a nomadic, collective, linguistic and musical project, collecting and spreading songs since 2008 -